La flamme des fourneaux

Il n’y a encore pas si longtemps, la cuisine et moi, ça faisait deux. Quand je me retrouvais aux fourneaux, j’avais un peu l’air d’une poule devant une fourchette. Pour vous dire, même me faire des oeufs au plat était une corvée insurmontable. Du coup, je laissais ma femme cuisiner. Et lorsque ma femme s’absentait, elle savait d’avance qu’elle allait retrouver tout un tas de barquettes industrielles vides à son retour. :) Bref, j’étais un parfait cliché de l’homme de néanderthal moderne. Et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais je ne sais pas trop pourquoi, il y a peu, j’ai commencé à m’intéresser à la cuisine. Peut-être à cause de toutes ces émissions de téléréalité consacrées à la cuisine. Parce que, paradoxalement, si je détestais cuisiner, j’adorais ces émissions ! Il y a quelques mois, j’ai donc commencé à préparer de petits plats, très simples certes, mais qui avaient le mérite d’exister. Et cette semaine, j’ai franchi une nouvelle étape dans mon développement : j’ai suivi mon premier cours de cuisine à Lille. Même si j’ai adoré cet atelier, je dois être honnête : je ne suis pas devenu un cordon bleu (je crois qu’il faudrait une centaine de cours pour arriver à un tel résultat), mais ça m’a en tout cas donné envie de m’essayer à de nouvelles recettes. Parce que j’ai compris que ce qui me gênait depuis le début, en cuisine, c’était en fait les recettes. Le fait de suivre des indications et des dosages précis, alors que je suis plutôt du genre à faire à l’instinct (l’autre nom du pifomètre, en somme). Mais le chef de ce cours de cuisine m’a fait comprendre que les recettes n’étaient qu’un guide, pas une Bible, et qu’on pouvait s’en écarter à tout moment. Son propos m’a en quelque sorte libéré. C’est un peu comme si j’avais toujours roulé en 4×4 sur l’autoroute, et que, soudain, on me disait que je pouvais sortir de la route pour faire du hors-piste. Le pied intégral ! Depuis, je suis chaque soir aux fourneaux. Ma femme me dit que je passe d’un extrême à l’autre. Je me demande si elle ne préférait pas le temps où elle cuisinait, finalement ! :) Si l’aventure culinaire vous tente un jour à votre tour, voici le lien vers l’atelier de cuisine que j’ai suivi. Peut-être y trouverez-vous vous aussi la flamme… http://www.tematis.com/cours-cuisine-originale-lille.html

This entry was posted in Culture. Bookmark the permalink.

Comments are closed.